11 Sep 2017 - A lire, Livres    Pas de Commentaire

Un nouveau monde en marche

de Laurent Muratet et Etienne Godinot
Editions Yves Michel, 2012.

A l’occasion de la plus grande marche non violente organisée dans l’histoire de l’humanité par Ekta Parishad, le mouvement indien pour les paysans sans terre, des producteurs français sont allés rencontrer des producteurs indiens, afin d’échanger autour du commerce équitable et de l’agriculture, puis de participer à la grande marche non violente afin de soutenir les sans terre pour l’accès à la terre et la protection de la biodiversité.

Conçu à l’occasion de cet événement, ce livre veut expliquer «  l’apport de la non violence face aux immenses défis du 21è siècle. » «  Il développe divers aspects de la non violence … définitions, histoire, philosophie et stratégies, sanctions économiques et désobéissance civile, pensée économique de Gandhi, communication non violente, etc. »

Lire la suite »

Envie, bien en vie

« J’ai envie de prouver que ce type de modèles alternatifs qui ont une finalité purement sociale et environnementale sont vertueux, sont économiquement viables et sont efficaces d’un point de vue social et environnemental. »

C’est Guido qui nous parle d’ENVIE Rhône, devenue Envie Rhône-Alpes (170 salariés sur Lyon et Saint-Etienne), une entreprise d’insertion créée il y a plus de 25 ans et dédiée à la récupération, au recyclage et à la revente d’appareils électro-ménagers. Au fil du temps les activités se sont diversifiées et participent maintenant de l’économie circulaire au niveau national (en 2016 : 7241 appareils rénovés et remis sur le marché, 7300 tonnes d’écrans dépollués et recyclés, 100 tonnes de déchets dangereux éliminés…). Au niveau national  25 entreprises « Envie » collectent un tiers des déchets électriques et électroniques du pays. L’entreprise s’est modernisée et complexifiée mais l’esprit social solidaire demeure intact. Lire la suite »

2 Sep 2017 - A lire    Pas de Commentaire

Les créatifs culturels


de Ariane Vitalis
Editions Yves Michel, 2016.

Le  « créatif culturel » ne sait pas lui-même qu’il s’appelle comme ça ! Il n’apprécie pas les cases et les définitions car il porte un regard global sur les différentes crises qui traversent nos sociétés et pense la complexité, la richesse  et la transdisciplinarité « c’est un tout, une façon d’être, de penser, de voir » (p. 95)

Et pourtant … inscrits dans une lignée historique, descendants des Romantiques (avec leur refus du rationalisme et du tout économique, leur critique de la modernité et leur passion de la Nature) du mouvement transcendantaliste américain ( voir H.D. Thoreau)  et de la contre-culture des années 60-70 ( développement de l’autogestion, des coopératives, des habitats collectifs, des écoles alternatives, retour à la nature et à la sobriété …),  les créatifs culturels représentent maintenant une part non négligeable de la population. Ils «  sont une catégorie d’individus beaucoup plus large qu’on pourrait le penser. Il s’agit d’une façon d’habiter le monde, un rapport à soi et aux autres, à la culture, mais aussi à l’avenir. » (p.11, préface de Miguel Benasayag)

Le concept , né dans les années 80 aux États-Unis , évoque tous ceux qui se soucient d’écologie (intérêt pour une alimentation saine, pour les médecines alternatives), des valeurs, de la place et des droits des femmes, de développement personnel et de spiritualité et veulent vivre davantage impliqués dans le collectif, le solidaire et le participatif.

Lire la suite »

Ensemble, c’est mieux

« L’idée c’est de dire : «  Créons des lieux, des architectures, qui vont permettre des liens de solidarité. »

Vieillir chez soi dans de bonnes conditions, en conservant son indépendance, en étant sûr de trouver autour de soi des soutiens, des aides et de la compagnie… c’est ce à quoi ont réfléchi les membres de l’association APPS’SOLU ( APPartement Seniors SOLidaires en milieu Urbain, association loi 1901). Catherine, Luc et Dominique nous font part de leur travail de réflexion, ils proposent une solution astucieuse, intelligente, adaptée à tous les budgets «  Pour chaque personne il y a une solution où elle fait un apport qui correspond à ses possibilités financières et où elle paie un loyer qui correspond aussi à ses possibilités financières. »

Lire la suite »

Un jardin de cocagne

C’est en 2000 que Muriel et Khadija se lancent dans la création des Jardins de Lucie, un atelier-chantier d’insertion destiné au maraîchage bio et à la livraison de paniers à des consommateurs/ adhérents de l’association.

Les Jardins de Lucie font partie des Jardins de Cocagne, créés en 1991 à Chalezeule ( dans le Doubs) et qui répondent à une triple ambition : viser à la réinsertion professionnelle de personnes en difficultés, produire des légumes bio en respectant un cahier des charges, se tenir à un principe de distribution en circuit court à des clients qui sont aussi des adhérents de l’association. Dès 1999 les Jardins de Cocagne se montent à une cinquantaine et créent le Réseau Cocagne. Lire la suite »

Pages :«12345678...13»