15 Nov 2017 - A lire    Pas de Commentaire

Nous sommes humains, ne l’oublions pas!

par Gaël DERIVE
Editions du Chêne, oct 2016.

Gaël DERIVE nous entraîne dans le temps et dans l’espace, dans l’histoire du cosmos et de l’humanité et dans un voyage planétaire qui l’a transporté du Groenland aux îles du Pacifique en passant par le Bangladesh, le Népal, l’Éthiopie et L’Amazonie.  Des climats très divers, des problématiques très différentes, autour de la biodiversité, des questions de la montée des eaux, de la déforestation, des réfugiés climatiques ou de la faim dans le monde et de l’accès à l’eau potable.

A chaque étape il rencontre des personnes immergées dans la réalité, avec lesquelles nous touchons du doigt les contextes de leur vie quotidienne. « Sous toutes les latitudes j’ai rencontré des humains intimement reliés à leur environnement et adaptés à leur climat grâce à une connaissance aiguisée des écosystèmes. » p. 49

Lire la suite »

Les petites cantines

Une cuisine avec une salle à manger en bas de chez vous : c’est l’idée de base des Petites Cantines. Vous avez envie de partager un repas avec des voisins ? de rencontrer du monde ?  de faire à manger ? de manger de bons produits, sains et locaux ? Vous faites comme vous voulez mais de toute façon ce sera participatif, convivial et  chaleureux. C’est Diane qui nous parle de cette initiative, de son fonctionnement et de ses principes : «  C’est un projet qui est d’abord local et pour répondre aux besoins de proximité. »

La première des Petites Cantines a ouvert ses portes en septembre 2016 et un an après le succès est au rendez-vous. Les gens du quartier, ou d’ailleurs, les jeunes, ou vieux, actifs ou retraités, isolés ou en groupe, tous se retrouvent là, font connaissance et discutent. Ceux qui viennent cuisiner s’adaptent aux produits prévus par Les Petites Cantines et ceux qui viennent manger découvrent des recettes inventives et variées. « La pérennité de ce projet est entre les mains des habitants et on est vraiment heureux tous les jours de voir qu’ils jouent le jeu de manière libre, participative et consciente. » Lire la suite »

5 Nov 2017 - A lire    Pas de Commentaire

Quel pain voulons-nous ?

Marie ASTIER,
Éditions  du Seuil, 2016.

Hé oui ! Pour le pain c’est comme pour toute notre alimentation : de quoi est-il composé ? D’où proviennent les matières premières ? Qui le fabrique et comment ?

Marie Astier nous fait toucher du doigt combien le pain dans notre culture est tellement omniprésent que nous oublions de nous poser les questions essentielles. Dans son enquête passionnante , qui ne laisse rien au hasard, nous faisons des découvertes surprenantes. « Pour comprendre le pain d’aujourd’hui, je suis allée dans les fournils, les meuneries, les laboratoires et les champs… » Nous découvrons les « améliorants » de la farine, les différents types de boulangeries, l’uniformisation de la fabrication et de l’enseignement, la concentration des moulins et des producteurs. La rentabilité impose des farines qui réagissent toujours de la même manière « sans ce produit de base standardisé, bien des boulangers sont désormais incapables de produire tous les jours une gamme de produits diversifiée. Ce sont les meuniers et les fabricants d’additifs qui conceptualisent dans leurs bureaux et leurs laboratoires les pains que l’on trouve sur les présentoirs de bien des boulangeries. » Les savoir-faire ont bien du mal à se transmettre, et même les centres de formation deviennent dépendants des industriels de la production de farine.

Marie Astier nous parle aussi de ceux qui, dans cette filière, résistent pour continuer de produire du pain sain et bio, et préserver la diversité des matières premières.

Le consommateur tient, là encore, une place essentielle.

Ce livre est édité en partenariat avec Reporterre, le quotidien de l’écologie sur Internet, où travaille Marie Astier.

30 Oct 2017 - A voir    Pas de Commentaire

Tous au Larzac

un film documentaire de Christian Rouaud, 2011

 

Sorti fin 2011 et retraçant les aventures de la région du Larzac, suite à la décision d’extension du camp militaire en 1971, ce film est d’une étonnante actualité.

Il nous parle de résistance organisée, de respect de la nature, de techniques non violentes ( Ah ! les brebis sous la tour Eiffel !), d’agriculteurs engagés sur des trajectoires surprenantes et soutenus par des mouvements nationaux. Des témoignages touchants et passionnants ; des images drôles, intéressantes, émouvantes ; une mobilisation qui a concerné des centaines de milliers de personnes dans toute la France et dans un contexte social d’une modernité impressionnante.

Un mouvement de résistance qui ne s’est pas arrêté lors de la décision d’arrêt de l’extension du camp militaire en 1981 mais s’est poursuivi jusqu’à maintenant dans diverses luttes : création en 1987 de la confédération  paysanne avec José Bové, participation au lancement en 1999 de l’offensive altermondialiste ; en 2003 le Larzac réunit encore 300 000 personnes autour du thème « construire un monde solidaire », en 2010 il se mobilise contre l’extraction du gaz de schiste …

Écoutons un manifestant en 1974 : «  La montée des fascismes politiques, économiques, religieux, le progrès technique incontrôlé qui nous fait accepter n’importe quoi pour notre profit, notre bien-être … alors, que faire ? hein, qu’est-ce qu’on fait ? continuons de croire que notre couleur de peau est la plus belle, notre civilisation la meilleure, notre religion la seule vraie … et à la fin … crevons ! crevons d’être trop riches, d’être trop gras, d’être trop cons ! »

Pour en savoir plus

– Voir la bande annonce : https://youtu.be/Ktq8o7QM74Y

Minéka, un bon filon

Une idée toute simple au départ: récupérer les matériaux de construction inutilisés à la fin d’un chantier et les remettre en circulation pour un autre chantier ! Et Minéka est née, portée par un collectif d’architectes. C’est Joanne qui nous parle de cette initiative et de ses principes : « moi qui voulais construire avec des matériaux de réemploi, je me suis dit… «  je vais essayer de créer un bout de filière pour pouvoir un jour peut-être moi-même concevoir avec des matériaux de réemploi et puis offrir à mes confrères et consœurs une filière de réemploi. » Une économie circulaire qui bénéficie à tous et protège notre environnement. Lire la suite »